keyboard_arrow_left Retour
FESTIVAL / Cinémas d'Afrique

Une curiosité: Sans regret

D es plans foirés, des acteurs pas toujours bien dirigés, une impression de téléfilm. Pourtant, «Sans regret» non dénué d'humour et d'action parvient à conserver intact l'intérêt du spectateur jusqu'à son dénouement. Et intrigue par les questions morales qu'il pose.

Sans regret n'est assurément pas le meilleur film de cette douzième édition de Cinémas d'Afrique. On peut même se demander si c'est réellement du cinéma, en raison notamment de sa fadeur formelle, digne d'une mauvaise série télévisée... Il n'empêche: cette œuvre de Jacques Trabi parvient, malgré ses évidentes faiblesses, à se rendre attachante.

Modeste, attentive à tous les personnages qui la composent, elle est, en quelque sorte, à l'image de son espèce de héros, le dénommé Gaston (Michel Bohiri). Un docker sans-le-sou, traité de manière condescendante par ses proches qui, suite à une mauvaise rencontre, va se lancer dans le grand banditisme. Une nouvelle activité dangereuse mais fort lucrative qui, du jour au lendemain, va lui amener un paquet de fric et une inespérée respectabilité sociale.

Pourtant, en lui-même, Gaston n'a pas changé. Ce qui pose peut-être la première question morale du film... Comment ce perdant né, au faciès de Droopy, jusque-là respectueux des lois et dont le fils vient d'être nommé policier à Abidjan, peut-il aller braquer des camions ou dévaliser des boutiques? Par quel aveuglement volontaire les proches de l'ex-ouvrier portuaire ne s'inquiètent-ils pas davantage de connaître l'origine de tout l'argent que Gaston brasse soudain?

Belle capacité d'empathie

L'intelligence de Sans regret, même si son titre laisse penser le contraire, c'est qu'il est assez subtil pour ne pas vraiment prendre parti. Il se contente, en fait, d'exposer les possibilités, bonnes ou mauvaises, qui s'offrent aux différents personnages du récit, de prendre acte des choix qu’ils font – en toute conscience, la plupart du temps – et les conséquences que ces choix entraînent...

Ainsi, le film n'est jamais dans le jugement. D'ailleurs, lorsque Gaston et son fils font leurs courses et achètent des produits sans nécessité mais qu’ils assimilent à la réussite sociale ou à une meilleure qualité de vie, il aurait été facile pour le réalisateur de ridiculiser le duo. Il s'en abstient pourtant, témoignant à l'inverse d'une naturelle sympathie à l'égard des deux gaillards. Et c'est assurément cette belle capacité d'empathie qui constitue la principale qualité de Sans regret.

Ne ratez donc pas, vendredi 18 août, à 15 heures, la projection de Sans regret, au Casino de Montbenon.



Sans Regret, 104' Cinémathèque suisse, Lausanne
Cinématographe, vendredi 18 août, 15h
Salon bleu, samedi 19 août, 16h30

Le site Cinémas d'Afrique


La bande annonce



Musiques

Guéhi Jean : Pantalon craqué



Tabu Ley Rochereau / L'African Fiesta: Bel Abidjan



Yapi Jazz: La vie est un combat



Bon pour la tête est une association à but non lucratif, emmenée par un comité de bénévoles composé de Sarah Dohr (présidente), Geoffrey Genest, Yves Genier, Anna Lietti, Denis Masmejan, Patrick-Morier-Genoud, Jacques Pilet, Chantal Tauxe (ordre alphabétique).

© 2019 - Association Bon pour la tête | une création WGR