keyboard_arrow_left Retour
ACTUEL / Billet d'humeur

Yverdon et les ambitions démesurées de la presse locale

T andis que l’exécutif yverdonnois se déchire dans un scénario grand-guignolesque, où chaque camp essaie de tirer la couverture à lui sur fond de manœuvres électorales à moitié dissimulées, il est bon de prendre un peu de recul et d’analyser les faits.

Depuis l’annonce du départ de Caroline Gebhard, rédactrice en chef de La Région, Yverdon est plongée dans une ambiance de cour d’école. L’exécutif se tiraille à coups de «c’est pas nous, on savait pas», «mensonges!» et autres tentatives plus ou moins glorieuses pour se sortir d’un véritable marasme aux allures de feuilleton de l’été.

A l’origine de ce joyeux bordel, une lettre envoyée au nom de la Municipalité à la désormais ex-rédactrice en chef. Dans cette missive, le syndic de la Cité thermale, Jean-Daniel Carrard, dénonce le manque de professionnalisme de l’accusée, animée semble-t-il par une partialité proche de la tentative de sabotage. Preuve en est, elle a omis de citer le chef de l’exécutif, Jean-Daniel Carrard, au sommet de son œuvre lors de l’inauguration de la STEP, entre autres. Scandale.

A en croire la lettre du chef de la Municipalité, Jean-Daniel Carrard, la presse locale ne sert pas à grand-chose «si elle ne met pas en valeur les acteurs et les événements de la vie communale et régionale». Et le meilleur moyen de s’y prendre afin d’accomplir cette mission sacrée, selon la commune, c’est de publier des photos avec «des êtres humains» et de mentionner les propos, comme la présence du syndic, Jean-Daniel Carrard, lors des points presse. Un genre de timbrage de présence médiatique, en somme.

En relisant les articles évoqués dans la lettre du syndic, Jean-Daniel Carrard, force est de constater que l’illustration choisie pour celui concernant la STEP ne comporte effectivement «aucun être humain», mais uniquement le sujet de l’article. Un choix rédactionnel qui fait état de la «posture éditoriale sommaire» du journal, sans le moindre doute. Car, que trouve-t-on dans cet article? Un rappel des faits, des informations sur les différents acteurs impliqués ainsi que sur la situation de la STEP, un court historique associé d’explications concrètes sur le fonctionnement de la station, le récit contextualisé de la pose de la première pierre, un compte rendu factuel sur la mise en œuvre des opérations, une évocation des perspectives d’avenir et un résumé du rapport budgétaire. Mais strictement aucune citation, ni bons mots rapportés du discours du syndic, Jean-Daniel Carrard.

L'auteur de cet article, ainsi que des deux autres dont il est question dans la lettre, a eu l'outrecuidance de vouloir faire de l'information, plutôt que d'offrir une tribune aux politiciens yverdonnois. Une ambition bien malvenue, surtout à l'aube d'une période électorale! S'il couvre de ridicule les figures de proue d'une Ville dont en serait en droit d'attendre autre chose, tout ce grabuge aura au moins eu le mérite de soulever une réflexion de fond sur le rôle et le fonctionnement de la presse locale.


Retranscription de la lettre de Jean-Daniel Carrard:

Couverture médiatique des évènements organisés par la Ville

Madame la Rédactrice en chef,

A quoi sert la presse locale si elle ne met pas en valeur les acteurs et les évènements de la vie communale et régionale? Est-il utile de réaliser et d'imprimer des photos qui désincarnent l'action publique? La Municipalité d'Yvers-les-Bains tient à vous faire part de sa déception sur la manière dont on été couvertes par la rédaction de La Région divers manifestations récemment organisées par la Ville: inauguration de la STEP, 1ère pierre SDIS, ECF Thièle.

Si elle éprouve le plus grand respect pour l'indépendance des médias, la Municipalité s'étonne par exemple que, lors d'un évènement réunissant plusieurs syndics de la région du Nord vaudois, la rédaction choisisse de publier une photo sans le moindre être humain: ou alors que le compte-rendu d'un point de presse organisé par le Canton et la Ville ne mentionne ni les propos, ni la présence du Syndic, comme si la Commune n'était pas partie prenante des grands travaux présentés ce jour-là.

La répétition de ce type de choix rédactionnels partiaux nous fait penser qu'il s'agit d'une volonté délibérée, peu professionnelle, qui relève d'une posture éditoriale sommaire pas du tout en phase avec la mission de proximité qui devrait être celle d'un journal comme le vôtre.

En conséquence, la Municipalité a décidé de suspendre, jusqu'à nouvel avis, la collaboration qui s'était instaurée pour l'édition de sa lettre d'information Rive Sud. Elle prendra d'autres dispositions pour faire connaître à la population ses actions et réalisations.

Nous vous prions de prendre bonne note de ce qui précède et d'agréer, Madame la Rédactrice en chef, nos salutations distinguées.

Au nom de la Municipalité,

J-D. Carrard et F- Zürcher


Les autres articles qui ne correspondent pas aux attentes de la Municipalité:

keyboard_arrow_left keyboard_arrow_right

Amèle Debey

Amèle Debey est journaliste RP autodidacte depuis 2009. Elle a fait ses armes à Paris, puis à Lo...

VOS RÉACTIONS SUR LE SUJET

4 Commentaires

@Tonnio 11.07.2019 | 15h37

«Très bien résumé ! »


@marinus 11.07.2019 | 21h53

«Le roi est nu. Bravo Amèle Debey.»


@stef 21.07.2019 | 17h16

«Je ne savais pas qu’une dictature avait été instaurée à Yverdon !»


@Bogner Shiva 212 24.07.2019 | 11h56

«La médiocratie dans toute sa "splendeur" !»


Bon pour la tête est une association à but non lucratif, emmenée par un comité de bénévoles composé de Sarah Dohr (présidente), Geoffrey Genest, Yves Genier, Anna Lietti, Denis Masmejan, Patrick-Morier-Genoud, Jacques Pilet, Chantal Tauxe (ordre alphabétique).

© 2019 - Association Bon pour la tête | une création WGR